Tout va bien

 

 

titre-toutvabien

présentation

Imaginez maintenant

Que les innombrables panneaux qui jalonnent
les trottoirs se mettent à prendre vie,

Que votre regard leur permette d'accéder à l'existence,
mais aussi que les images qu'ils vous proposent ne soient
peut-être pas exactement celles que vous attendiez...

Imaginez que la ville devienne fiction, l'espace d'un instant,
juste le temps nécessaire pour retrouver la magie du regard,
lui rendre sa part essentielle de subjectivité.

Imaginez que dans cette fiction qu'est devenue la ville,
vous retrouviez, au détour d'une rue, votre identité,
à l'angle d'une autre, votre clairvoyance et là,
juste à vos pieds, au bord du trottoir,
vos désirs posés en vrac.

Et si cette fiction n'était simplement que votre propre réalité,
celle que l'on vous vole un peu plus chaque jour ?

distribution

un spectacle de Barthélemy Bompard
mise en scène Barthélemy Bompard assisté de Jean-Marc Colet

inventé et interprété par Armelle Bérengier, Dominique Bettenfeld,
Eric Blouet, Barthélemy Bompard, Jean-Marc Colet, Céline Damiron,
Gabriel Levasseur & Judith Thiébaut.

bureau d’étude Dominique Moysan
conception et construction des décors Dominique Moysan
création des costumes Claire Salmon Legagneur assistée de Françoise Lefèvre

habillage Marie-Cécile Winling ou Catherine Sardi
technique Djamel Djerboua & Dominique Moysan

dossier artistique

Kumulus - Tout va bien    icone pdf 512

aides à la création et soutiens

ADAMI, "Chalon dans la rue", Kumulus et la Ville de Saint-Gaudens. Ce spectacle a été en résidence à Aurillac et a été créé à l'occasion de "Furies", à Châlons-en-Champagne (juin 99).

vidéo  photos

vidéo "tout va bien" - 07'02 - Marc Guiochet 

tout va bien tout va bien
tout va bien tout va bien
tout va bien tout va bien

extraits de presse

Mouvement

Gwénola David

On passe tous les jours devant, le regard inconsciemment happé par le galbe d’un sein, la blondeur rutilante d’une chevelure « parce-que-je-le-vaux-bien », l’azur d’un ciel caraïbe…
Et puis un jour, voilà que cette litanie de signes se dérègle, que l’image se met à parler et à sortir du cadre des discours formatés du désir de consommation. Des personnages de chair et d’âme nous interpellent, coincés entre les deux glaces « securit » d’une sucette Decaux : une vieille engloutie dans la solitude, une jeune femme qui solde chevelure couronne dentaire et rotule, ses plus beaux atours, une représentante en cosmétiques qui vante ses produits miracles, un Monsieur lessive… Soudain le « réel » pénètre dans ces boîtes à pub aseptisées, livré en tranches de vie saisie dans leur humanité banale, singulière, fragile. Par ces fictions Kumulus dénonce la conspiration mensongère du système marchand qui nous harcèle et en même temps nous berce de l’illusion que Tout va bien.


Rue de la folie

Thierry Voisin

Blottis derrière la vitre, des êtres de chair et de sang affichent leurs histoires, qu’ils partagent en ces instants dits de représentation. Ils sont si prêts qu’ils deviennent, non pas simplement proches, mais nous-mêmes. Les spectateurs retrouvent dans chaque personnage des petites parts d’eux. Ici, la parole ne se divise pas : elle reste pleine, désencombrée du dialogue. L’acteur devient un passeur qui en transmet la substance, celle qui s’échappe des mots pour encercler le public, devenu à la fois le témoin d’une fiction et le témoin de sa propre réalité. L’utilisation, et non le détournement, de mobiliers urbains facilite par ailleurs le passage plus rapide de la fiction à la réalité. Témoin à charge ou à décharge, muet ou partial, consentant ou non, le piéton peut fuir devant ces étranges panneaux publicitaires, effrayé par la brutale cocasserie des situations ou la drôlerie désabusée des personnages. C’est là qu’il s’aperçoit que Tout va bien est un mensonge ordinaire, aussi factice que les slogans habituellement affichés. Une fois de plus Kumulus ponctue le rire avec des signes de gravité.

Depuis qu’il a extrait certains personnages de ses précédentes créations pour entrer furtivement dans le quotidien des spectateurs (Faits divers, 1995),     Barthélemy Bompard mène un travail d’apparitions inattendues dans l’environnement urbain, en le doublant d’une recherche esthétique  quant à la scénographie.  Et s’il contourne le format classique de la pièce de théâtre, ce n’est pas à priori  par indifférence à l’égard du genre, ni pour fuir le style épique qui s’acharne à raconter, tout raconter, mais parce qu’il veut conserver la possibilité de fuir le dialogue, de faire du  théâtre sans pièces pour mieux exhiber des morceaux de vie. Il laisse libre l’éloquence du monde, sans jamais la juger ou l’offrir à la satire. Avec sa troupe, Barthélemy Bompard conduit l’une des entreprises littéraires les plus originales et les plus fécondes (il a écrit quarante histoires différentes) de cette saison.


Télérama

Emmanuelle Bouchez

Les comédiens, affiches vivantes, y jouent, en une quarantaine de clins d’œil qu’ils scandent la journée, les victimes des discours publicitaires, le représentant de commerce à la poursuite de l’idéal, l’esclave du portable... Autant de leçons de vigilance.


La dépêche du midi

J.A Lahocsinsky

Quand on sait l’attirance de la compagnie Kumulus pour révéler dans ses spectacles les aspects inhumains et aseptisés de la société moderne, on reconnaît encore une fois le message à peine voilé. Tout va bien, c’est le titre du spectacle se veut une satire féroce de la vie entrecoupée de spots publicitaires. Et la plupart du temps, nous sommes les véritables personnages d’une vie sociale qui se calque de plus en plus sur ce modèle de vie, en pub et en images.


Coulisses de la Haute - Auvergne

Créée en 1986, la compagnie Kumulus observe une cohérence au niveau de ses créations. La présence de la plupart des comédiens  depuis les débuts de la troupe permet un travail en profondeur et un suivi des personnages.
Leurs prestations s’inscrivent dans une même lignée : une réflexion sur notre mode de vie, sur les problèmes entraînés par la promiscuité et l’inévitable regard sur l’autre que celui-ci induit. Ainsi Kumulus donne toujours  naissance à de véritables spectacles « de » rue et pas seulement « dans » la rue, intégrant l’urbanisme  au cœur  de ses problématiques.

fiche technique

fiche technique

12 personnes en tournée dont 7 comédiens, un metteur en scène, une habilleuse,
2 techniciens et une chargée de production

décor fourni

6 à 8 panneaux publicitaires à l'intérieur desquels évoluent les comédiens
hauteur 2,60 m, largeur 1,25 m, profondeur 0,48 m
encombrement au sol 1 m x 1 m

lieu de représentation

sol en dur, plan, sans aucune pente
très important : pas de sonorisation à proximité
lieu calme et ombragé
Accès poids lourd 12 T
repérage souhaitable

planning de montage

environ 4 heures, aucun besoin particulier
montage consistant simplement en la mise en place des panneaux
si possible : déchargés par Fenwick motorisé procuré par l'organisateur si non déchargés par Fenwick manuel du camion avec hayon

planning de jeu

2h de spectacle dans la journée, plutôt en fin de matinée
et une intervention de 1h le soir

loges

Une grande loge (50 m2 minimum) au rez-de-chaussée de préférence
OBLIGATOIREMENT sur le lieu de représentation (200 m maximum)
Avec tables, chaises, miroirs, lavabos et une douche minimum
Prévoir un catering dans les loges avant la représentation : pain, jambon, fromages, fruits, boissons chaudes et froides…
12 grandes bouteilles d'eau dans les loges

divers

Hébergement calme, hôtell ** minimumau centre ville (proche du lieu de spectacle)
pour 12 personnes (1 doubles, 10 singles)
Pour les repas, une personne ne mange pas de viande

dates passées

En France

Festival Green Days - MA Scène nationale, Montbéliard (25)
Festival Furies
, Châlons-en-Champagne (51)
Festival Les Folies, Maubeuge (59)
Festival des arts de la rue, Terrasson (31)
Festival de Chalon dans la Rue, Chalon-sur-Saône (71)
Festival Ax animation, Ax-les-Thermes (09)
Festival Brouage, Niort (79)
Festival Éclat, Aurillac (15)
Festival Coup de chauffe, Cognac (16)
Festival Zygomates, La-Roche-sur-Yon (85)
Saison des Pronomade(s) en Haute-Garonne- Centre National
des Arts de la Rue,
Carbonne (31)
Bonlieu – Scène Nationale, Annecy (74)
Festival Jour de fête, Créteil (94)
Festival Les Zaccros d’ma rue, Nevers (58)
Festival Les arts dans la rue, Strasbourg (67)
Festival Quartiers Libres, Grenoble (38)
Festival Les Invites, Villeurbanne (69)
Festival Animaijuin, Petit-Quevilly (76)
Festival Les Draguifolies, Montferrat (38)
Festival Les 13 Lunes, Salon-de-Provence (13)
Festival Ile danse, Ajaccio (20)
Festival Les Elvis Platines, Sumène (30)
Saison de Quelques p’Arts… le SOAR - C.N.A.R., Félines (07)
Festival Les Envies Rhônements, Port-Saint-Louis (13)
Rendez-vous sur les Quais, Rouen (76)
Festival Les InsTempsFestifs, Besançon (25)
Festival L’Echappée belle, Blanquefort (33)
Festival Les Uburlesques, Laval (53)
Festival Cergy Soit !, Cergy Pontoise (95)
Rue Libre, Port St Louis (13)
Centre social, Lyon (69)
Festival Parade(s), Nanterre (92)
La folle histoire du théâtre de rue de Karwan, Velaux (13) et
Saint-Rémy de Provence (13)


A l’étranger

Programme de l’aéroport, Porto (Portugal)
Festival Serralves em Festa , Porto (Portugal)
Facyl Festival, Salamanca (Espagne)
Festival Zomer, Menen (Belgique)
Streetfestival, Vlissingen (Pays-Bas)
Festival Im Puls, Dornbirn (Autriche)
Stockton International Riverside Festival (SIRF), Stockton (Angleterre)

ARI Ext Menu - fr