Squames

titre-site SQ FR

présentation

Étranges humanoïdes venus
des montagnes d’Europe centrale,
les Squames sont tout d’abord acheminés,
sous l’œil vigilant des gardiens,
dans le dernier endroit qui
leur est désormais consacré, la cage.
Déjà durant ce parcours, vous pourrez constater
que si ces êtres ne représentent plus
aujourd’hui qu’une minorité,
celle-ci est loin de demeurer silencieuse…

Les Squames ont été découverts dans les années 70. Ils se nourrissent de végétaux, fruits, graines, racines… Ils vivent en bandes organisées en tribus. De nos jours ils sont regroupés dans des réserves et étudiés par d’éminents ethnologues. Tel est le discours des gardiens  qui s’évertuent à satisfaire la curiosité des passants : « Qu’est ce qu’ils mangent ? » - « Y’en a encore beaucoup ? » - « Comment ils se reproduisent ? ».

De vrai-faux singes ou de faux-vrais hommes ?

Les Squames ont l’allure d’humanoïdes. Le corps couleur de suie, les yeux rougis, une pilosité réduite, le crâne déformé. La démarche et le comportement de primates. Ils poussent des cris, grimacent, se roulent
par terre… C’est derrière les barreaux que vous pourrez découvrir cette espèce, assister au déroulement de leur quotidien, remarquer leurs rites, leur hiérarchie, leurs émotions. Mais si maintenant les grilles vous protègent de leurs éventuels débordements, elles ne pourront rien contre les possibles réminiscences du squame qui sommeille en vous…

note d'intention de l'auteur

La première création de la compagnie Kumulus
fait écho aux phénomènes de foires,
aux exhibitions ethnologiques
qui se sont déroulés il y a moins d’un siècle en France
et qui sont encore pratiqués notamment en Asie.

Cette performance théâtrale invite à se questionner
sur le regard que nous portons sur l’autre,
sur la manière dont on traite la différence
et dénonce sans les nommer les multiples formes de racisme.

Elle confronte le sens critique des passants
au discours de l’autorité incarné par les gardiens
et à l’avis des autres spectateurs.
Elle invite le public à réagir, à échanger.
Ainsi les débats et les réactions provoqués
font tout autant partie du spectacle que la performance d’acteur.

distribution

un spectacle de Barthélemy Bompard
mise en scène
Barthélemy Bompard & Claude Meister

interprété par Armelle Bérengier, Dominique Bettenfeld, Eric Blouet, Barthélemy Bompard, Céline Damiron, Barthélemy Dhenin, Marie-Pascale Grenier, Jacques Merle, Nicolas Quilliard, Nina Sérusier, Judith Thiébaut & Amy Wood.

création maquillage Isabelle Darde
création des costumes Claire Salmon-Legagneur
conception et construction des décors Frédéric Barry
maquillage Sophie Ghizzo & Marie-Cécile Winling ou Catherine Sardi
technique  Djamel Djerboua & Simon Lambert-Bilinski

 dossier artistique

Kumulus - Les Squames     icone pdf 512

aide à la création et soutien

Kumulus

vidéo  photos

PRIX DU MEILLEUR SPECTACLE LORS DE L’INTERNATIONAL STRASSENTHEATERFESTIVAL D’HOLZMINDEN (ALLEMAGNE)

vidéo "Les squames" - Karen production - 7'30

les squames les squames
les squames les squames
les squames les squames
les squames

extraits de presse

Le Monde

Françoise Limoge

Malgré certains sourires exprimés par ceux qui ont tout compris, la plupart des spectateurs sont dans l’expectative, dérangés par ces « hommes-animaux » partagés entre la honte – « pourquoi la SPA n’intervient –elle pas ? » - et la crainte – ah ! la peur de certains quand une créature s’est échappé en fin de journée de la cage. Le but recherché par ce spectacle est de susciter la curiosité et de provoquer le dialogue entre passants. Il faut en convenir, la performance des Squames atteint parfaitement l’objectif.


Diáro da Região (Brésil)

Le réalisme du maquillage et la justesse du jeu des acteurs donnent aux gens l’impression de réalisme.
« Nous vivons une époque où les gens n’acceptent pas les différences, qu’elles soient culturelles, religieuses ou raciales. Les peuples développent de hautes technologies, mais comparativement leur état d’esprit n’évolue pas autant. Nous voulons montrer qu’on doit accepter les choses comme elles sont. Nous voulons créer chez les gens l’envie de discuter, réfléchir, commenter pour plus de tolérance. » Pour la première fois au Brésil, il y a chez Barthélemy Bompard une certaine nervosité, mélange d’excitation et d’appréhension. « On ne sait pas comment  réagira le public. On connait l’histoire de l’esclavage au Brésil et notre spectacle parle justement de ce sujet. »


L’humanité

Les Squames, spectacle époustouflant d’hommes singes dans une cage posée au milieu du Jardin des Carmes durant une après-midi, telle est la parodie que propose la compagnie Kumulus.


Télérama

Les Squames c’est du lourd, de l’historique. Un spectacle de vingt ans d’âge et une performance de taille de la compagnie Kumulus.


Le Parisien

G.D.

Ces hommes-singes intriguent la foule de Montparnasse

« Mais qu’est-ce que c’est que ça? » s’écrie une passante. La gardienne de la cage s’approche et lui répond : « Eh bien, ce sont des Squames. » Des Squames ? « C’est une espèce, entre la bête et l’homme, en voie de disparition dont il existe encore quelques spécimens en Roumanie », explique-t-elle. « Mais vous êtes qui vous ? » lui lance une autre passante. « On est recrutés par un centre de recherche qui les étudie. On les expose comme ça pour sensibiliser le public sur leur sort. » « Ah… » Une dame s’offusque : « C’est scandaleux de les montrer de manière aussi dégradante. » Un vieillard fend la foule et rigole : « Ce sont des singes habillés en hommes ! » Des jeunes filles s’avancent de la cage en tremblant. « N’ayez pas peur, c’est du théâtre ! » lance quelqu’un.


Le Figaro

« Dis, c’est des hommes préhistoriques » - « C’est le même genre, ils marchaient, ils parlaient comme ça. Ils veulent montrer que l’homme descend du singe sans doute. » - « Oui, y’a eu le singe et après l’homme. » - « Allez viens on s’en va. » - « T’as peur. » - « Non mais c’est trop vilain. » - « C’est des fous qu’on sort. » - «  On devrait pas, ça fait peur. » - « Les gardiens c’est des gardiens de prison, on risque rien. » Avec les Squames, hier, le spectacle était dans la rue. Mais les meilleurs acteurs étaient encore les Lyonnais qui depuis la grève des TLC n’avaient plus eu l’occasion de se parler.


24 heures (Suisse)

Quand on va au zoo, c’est connu, on ne sait pas très bien qui regarde qui, qui est l’animal dans ou derrière la cage. S’il est assez rare voire peu agréable pour un être humain de se faire comparer  avec un hippopotame, nul doute que la comparaison avec un singe est fréquente voire troublante.
Parfois, un Squame s’échappait, vite rattrapé par les gardiens. On a vu, pourtant, plus d’inquiétude et d’interrogations chez les spectateurs quand ces êtres étaient en cage. Certains sont restés deux, trois ou même les cinq heures devant la cage. Captivés, étonnés voir fascinés, plus encore frappés,  la nuit venue, par l’étrangeté du spectacle et par la rigueur des comédiens. D’autres sont passés quelques minutes, trouvant cela fort stupide ou, du moins, anecdotique. Ce qui n’avait rien d’un happening tenait de l’évènement urbain, bien conçu, et chaque jour plus inventif. On peut se rendre quinze fois au zoo, on peut se regarder dans un miroir chaque matin, cela ne laisse jamais indifférent…


Ecrits dans la Marge

J.M. Lachaud / M. Maleval

Le public est double. Il sait ou ignore. Il est spectateur ou passant. Dans le premier cas, il assiste à un spectacle total, dans et autour de la cage, observant avec amusement et parfois inquiétude les réactions de l’assistance. Dans le second, il est doublement manipulé, par les comédiens mais également par le regard du public « averti ». Aussi, est-il à son insu mis en scène, contraint de jouer le scénario qu’il s’impose, dans les limites définies/accordées par la troupe Kumulus.


Sub-Rock

Bernadette Bayonnette

Il nous offre un spectacle esthétiquement choquant comme pour exorciser la violence mortifère, revêtant par prédilection les formes du racisme et du génocide, liés à la peur de l’autre, qui peut se lover en chacun de nous. C’est peut être plus lucide, plus utile, que d’en rester à une dénonciation humaniste, pédagogique et soft, aux effets souvent pervers


L’Anjou laïque

Jean Louis Grégoire

Intrigué par la présentation du spectacle Les Squames  dans le programme du festival, décision est prise de se rendre Place de la République où il est donné. Le spectacle tarde à commencer puis un représentant de la compagnie annonce que celui-ci n’aura pas lieu par décision du Maire d’Angers.
La décision du maire d’Angers relève bien de la censure au sens où on peut le lire dans le Petit Larousse : « Censure : contrôle exercé par un gouvernement, une autorité sur la presse, les spectacles, etc... destinés au public». La justification avancée conforte d’ailleurs la nature de l’interdiction. Il suffit que « certains spectateurs » se déclarent « choqués » par un spectacle pour que le maire l’interdise ? Serait-il le gardien des bonnes moeurs ?
S’est-il interrogé sur la capacité de « certains spectateurs » à comprendre le sens de ce qui était donné à voir ? A-t-il fait l’effort de prendre connaissance des intentions de l’auteur du spectacle ?
L’a-t-il vu lui-même ? N’a-t-il pas fait le rapprochement – pourtant évident – entre ce spectacle et l’exposition « Zoos humains : l’invention du sauvage » actuellement présentée au Muséum des sciences naturelles d’Angers ?
Au fond, cette décision municipale pose la question de la nature du festival et de la liberté de création culturelle.

Bis repetita

Quelques semaines après cet événement qui a marqué les esprits, voilà que la municipalité récidive. Deux panneaux sur les douze présentés par l’association Kel Imenas sont retirés sur décision de la ville. Ils évoquaient la crise au nord Mali et la vie dans les camps de réfugiés.
Deux actes de censure en quelques semaines.

 dossier de presse

Kumulus - Les Squames - Suresnes     icone pdf 512

fiche technique

fiche technique

17 personnes en tournée dont 11 comédiens, 1 metteur en scène, 2 techniciens,
2 maquilleuses, 1 chargée de production

espace nécessaire

Espace plat de 50 m2 minimum : rue, gare, square, place, etc...
Accès camion 12T
Une place de parking pour le camion 12T à proximité de la cage pendant tout le spectacle

durée du spectacle

Approximativement 3 heures

personnel nécessaire

Le montage de la cage doit se fera de préférence la veille de la représentation
4 h de montage + déchargement
2 h de démontage + chargement
Prévoir 3 personnes au déchargement et montage de la cage, ainsi que pour le démontage et chargement

En cas de représentation à l’étranger, prévoir trois interprètes traducteurs (pour traduire ce que disent les gardiens) présents 30 min avant le début de la représentation.

lumière (en cas de représentation nocturne)

Tour de 6 mètres de hauteur
Jeu d'orgue 12 entrées / 10 kw
10 projecteurs x 1 kw + câblage

à fournir également

Grande loge (50 m2 minimum) pour 15 personnes
à 500 m maximum du lieu de représentation
Avec tables, chaises, miroirs, lavabos et 5 douches minimum avec eau chaude (TRES IMPORTANT) + 9 serviettes de bain

branchements électriques (sèche cheveux) : 2 circuits de 16 A indépendants

+ Grande pièce pour l'échauffement (50 m2 minimum)
Un catering dans les loges au début du maquillage c'est-à-dire 4h avant la représentation : boissons chaudes et froides, pain, fromage, jambon, fruits, biscuits… 17 grandes bouteilles d’eau

 3 barrières de protection sur le lieu du spectacle

divers

Hébergement calme : hôtel ** minimum en centre ville (proche du lieu de spectacle) pour 17 personnes

Pour les repas, deux végétariens et une personne ne mange pas de gluten.

dates passées

En France

Festival international de théâtre de rue – Le Parapluie, C.N.A.R.,  Aurillac (15)
Festival de Chalon dans la Rue – L’abattoir, C.N.A.R.,                                     Chalon-sur-Saône (71)
Festival Viva Cité – L’atelier 231, C.N.A.R., Sotteville-lès-Rouen (76)
Saison des Usines Boinot, C.N.A.R., Niort (79)
Festival Les Noctibules – Boulieu Scène Nationale, Annecy (74)
Festival Mimos – L’Odyssé, Scène conventionnée pour les corps en mouvement, Périgueux (24)
Festival les Echappées Belles - Scène Nationale 61, Alençon (61)
La folle histoire des Arts de la rue – Karwan,                                                          Saint-Rémy-de-Provence (13)
Festival Rayons Frais, Tours (37)
Festival Art Rock, Saint-Brieuc (22)
Festival Fête dans la ville, Amiens (80)
Festival Les Invites, Villeurbanne (69)
Le 1er Mai du Familistère, Guise (02)
Les Indésirables – Coopérative de Rue et de Cirque, Paris (75)
Festival Sorties de rue, St-Jean-de-Vedas (34)
Festival Fest’Arts – Théâtre le Liburnia, Libourne (31)
Festival Cergy Soit!, Cergy-Pontoise (95)
Festiv'Artère Publique – Nil Obstrat,                                                           Agglomération de Cergy-Pontoise (95)
Festival Parades, Nanterre (92)
Festival Rue et Cie, Epinal (88)
Festival les Accroche-coeurs, Angers (49)
Festival Off d’Avignon, Avignon (84)
Jardin dans tous ses états,  Assier (46)
Festival international RITEJ,  Lyon (69)
Coté Jardin,  Marseille (13)
Festival des Arts dans la Rue (FARSe), Strasbourg (67)
Festival des Vendanges,
Suresnes (92)
Les Allumées,  Nantes (44) 

...


A l’étranger

Oerol Festival, Terschelling (Pays Bas)
Straattheater Festival
, Hengelo (Hollande)
Festival international de théâtre, Sao José do Rio Preto (Brésil)
Festival Imaginarius, Santa Maria da Feira (Portugal)
Modern Art Days Festival, Bialystok (Pologne)
Festival Feta, Gdansk  (Pologne)
Festival Mostra de Arte, Sao Paulo (Brésil)
Festival Folklore,Wiesbaden (Allemagne)
Paleo Festival, Nyon (Suisse)
Fête de Gand, Gand (Belgique)
Festival Im Puls, Dornbirn (Autriche)
Straat festival, Vlissingen (Pays Bas)
Festival Pflasterspektakel, Linz (Autriche)
Zomer Festival, Menen (Belgique)
Stichting Straattheater Festival, Delft (Pays Bas)
Passage Festival, Helsingor (Danemark)
La Mercé
, Barcelone (Espagne)
Institut Français, Stuttgart (Allemagne)
Köln Sommer, Cologne (Allemagne)
Theaterfestival Etcetera La Strada, Amersfoort (Allemagne)
Festival de la Cité,  Lausanne (Suisse)
Festival Actes, Bruxelles (Belgique)
International Straßentheaterfestival, Holzminden (Allemagne)
Strattheaterfestival, Doetinchem et Dresde (Allemagne)

...

dates à venir

Les prochaines dates sur notre agenda

 

ARI Ext Menu - fr