Silence encombrant

 

titre SE-site-FR

présentation

« Qui veut se souvenir
doit se confier à l’oubli,
à ce risque qu’est l’oubli
absolu et à ce beau hasard
que devient alors
le souvenir. »

Maurice Blanchot

Un globe terrestre, un capot de voiture, une cage à oiseaux, une poupée, une machine à laver...
Tous ces objets cassés sont sortis d’une benne à ordures et transportés à la force des bras d’individus fragiles,à la volonté inébranlable. A pas lents et hésitants, le visage couvert de poussière, le clown, le gendarme, la prostituée, le poète et les autres (se) traînent et posent les déchets sur le bitume transformant l’espace en décharge.
Dans le silence hurlant de sons, de débris raclant le sol, de chocs et de rencontres muettes, ces hommes et ces femmes tentent de trouver un sens à ce rébus de débris. Ce bal des ombres résiste et pousse la ligne de front vers une rive incertaine, celle où la folie des sages et la sagesse des fous s’observent.

Superposition entre ce et ceux que l’on jette et dont on se débarrasse. Les humains et les déchets se confondent. Les objets deviennent organes et les humains des machines usées, bonnes pour la casse. Un globe terrestre, une cage à oiseaux avec une cloche à l’intérieur, un wishbone de planche à voile, une cuvette de cabinet, une bonbonne de gaz… Tous ces déchets sortis d’une benne sont transportés à la force des bras et des pieds d’individus « sans consistance », quasiment invisibles, cachés. Et le bruit dans le silence parvient jusqu’à nos oreilles. Les yeux suivent le mouvement des objets à corps et des corps objets. Tout arrive en vrac. Epars sur ce territoire, les éléments sont là : cuillères, plumes, chaussettes... La « vie humaine » surgit avec un homme éberlué de voir ses mains bouger. Est-ce leur ultime geste dans un monde où l’action au détriment de la pensée et de la contemplation est la principale (pré)occupation de l’homme ? Seuls les individus dans le sas qui mène vers la mort respirent un autre air, celui des dernières minutes d’existence où l’on profite de chaque instant. Objets-souvenirs pour celui qui s’en sépare, évocateurs pour celui qui regarde. Comme dans un miroir : on regarde le visage vieilli et derrière, on voit celui qu’il a été ; Si vous tendez l’oreille, vous entendrez également la solitude des êtres.

note d'intention de l'auteur

Nous vivons dans un monde où la rentabilité
et l’efficacité sont un gage de reconnaissance.
Le capitalisme écrase tout ce qui ne marche pas
à son rythme, élimine les fragiles et les inutiles.

Hommes débris, hommes fragments,
hommes poussières, hommes humiliés,
hommes déchirés, hommes décomposés,
hommes ébréchés,
hommes déchets…

Zone de honte où nous nous taisons.
Cette périphérie où nous entassons les encombrants est du domaine
de l’invisible et du sacré.
Nous n’aimons pas plus en parler que de la mort.
Le silence est son ciment.
S’ouvrent ainsi des mondes parallèles, des mondes minuscules,
des mondes sans cesse déplacés au gré des bennes et des ramassages…

distribution

un spectacle de Barthélemy Bompard
mise en scène Barthélemy Bompard assisté de Nicolas Quilliard

inventé et interprété par
Dominique Bettenfeld, Barthélemy Bompard, Jean-Pierre Charron,
Céline Damiron, Marie-Pascale Grenier, Dominique Moysan, Nina Sérusier, Nicolas Quilliard & Judith Thiébaut.

travail corporel Judith Thiébaut
travail sonore Jean-Pierre Charron
création des costumes Marie-Cécile Winling, Catherine Sardi
conception et construction des décors Dominique Moysan
Maquillage Marie-Cécile Winling ou Catherine Sardi
technique
Djamel Djerboua & Simon Lambert-Bilinski

 dossier artistique

Kumulus - Silence encombrant     icone pdf 512

aides à la création et soutiens

L’Atelier 231 | C.N.A.R. à Sotteville-lès-Rouen

La D.G.C.A.

Les Usines Boinot | C.N.A.R. à Niort

Le Moulin Fondu | C.N.A.R. à Noisy-le-Sec

La Paperie | C.N.A.R. à St Barthélemy d’Anjou

Le Parapluie | Centre international de création artistique à Aurillac

Pronomade(s) en Haute-Garonne | C.N.A.R. à Encausse-Les-Thermes

Quelques p'Arts... Scène Rhône-Alpes | C.N.A.R à Boulieu-lès-Annonay.

La S.A.C.D. | Auteurs d’espace public

vidéos  photos

PRIX DU MEILLEUR SPECTACLE DE L’ÉDITION 2012 DU FESTIVAL DE TEATRO Y ARTES DE CALLE - VALLADOLID

Teaser "Silence encombrant" - août 2011 - Alice Béthular - 2'07

 

silence encombrantsilence encombrant
silence encombrantsilence encombrant
silence encombrant
silence encombrantsilence encombrant

silence encombrantsilence encombrant

 

Vidéo  "Silence encombrant" - août 2011 - Alice Béthular - 18'20

extraits de presse

Libération

Edouard Launet

Silence encombrant, la nouvelle production de Kumulus réussit cette chose incroyable : nous tenir en haleine pendant une heure et demie en proposant le spectacle a priori peu captivant de neuf zombies qui ne font que vider une benne à ordures sans dire un seul mot. La bande-son, c’est le bruit des déchets traînés sur le sol. C’est une symphonie de l’ordure, une chorégraphie du désespoir.


WebThéâtre

Gilles Costaz

Le retour des thèmes politiques

Une grande benne à ordures est posée sur une place publique. Elle se met à dégorger des objets et des hommes. Au milieu de rouleaux de métal, panneaux cassés, fils électriques embrouillés, pneus usagés, reliquats en tous genres, des hommes et des femmes se détachent de la poussière, sales, gris, squameux, hébétés. Quels sont les rebuts de nos civilisations ? Les choses ou les hommes ? Kumulus opère ce face à face des victimes de la société de consommation avec le public. Le spectacle est très fort. Kumulus, de toute façon, saisit les spectateurs avec une rare intensité.


Kourandart

Angélique Lagarde

Très lentement une succession d’âmes errantes déballent les objets inutiles indispensables à leurs tristes quotidiens faits de fantasmes d’une vie rêvée. Ce ballet se poursuit encore et encore au son des objets qui frappent le sol, s’entrechoquent et résonnent. A force de passer les uns à côté des autres, de se frôler, ces pauvres hères finissent par se voir, par se comprendre et au milieu de la désolation, à se créer un possible ensemble. D’une étrange intensité poétique.


Les Trois Coups

Léna Martinelli

De son entrée en matière, fracassante, jusqu’à son bouquet final, ce spectacle marque profondément les esprits. Radical, dérangeant, Kumulus illustre son propos dans une veine expressionniste tout à fait appropriée. Cette déflagration poétique résonne fort. Délibérément !


Télérama

Mathieu Braunstein

La compagnie Kumulus, vieille routière du théâtre de rue (25 ans), a opté pour un spectacle sans parole. Muet mais pas silencieux : la société du tout-à-l’égout, qui conduit au rebut hommes et produits industriels, s’accompagne du raclement assourdissant des débris qu’ils traînent. Dans l’infinie étrangeté de ces « sous-hommes » indifférents les uns aux autres, il y a du Beckett, du butô, tout un théâtre bien connu de la catastrophe…


Politiken (Danemark)

Comme une nature morte géante, s’étale sous nos yeux tous les déchets et la camelote déplacée de la mort et de la misère.  
Ce qu’on a vu c’était de la mortalité en action. C’est la raison pour laquelle Silence Encombrant nous a bousculé avec autant d’intensité. Mais on ne le sent vraiment qu’après, une fois le spectacle fini.


El Mundo (Espagne)

Le XIII Festival International de Théâtre de rue s’est clôturé  hier avec la remise des prix. Le palmarès a révélé le triomphe de la compagnie française Kumulus. Son spectacle Silence encombrant, traitant des déchets humains générés par le système capitaliste, a été reconnu comme le meilleur du festival.


La Stradda

Thomas Hahn

Pas loin de l’expressionnisme d’Egon Schiele, la troupe de Barthélemy Bompard crée une réplique à un des meilleurs spectacles jamais vus, le fameux May B, l’hommage à Beckett de Maguy Marin. Les acteurs de Kumulus n’ont rien à envier à ceux de May B, au contraire. Dans le silence de leur échec permanent, ils deviennent universels. Ceux-là n’ont (plus) rien, mais ils s’accrochent. Ce qu’ils vivent, n’est-ce pas le lot de la plupart ?
Le consommateur lutte tel un Sisyphe pour donner beauté et sens à une vie qui finira dans la poussière.


Le Bruit du Off

Pierre Salles

Là où certains artistes de cette édition 2013 ne trouvent pas d’espoir en l’Homme, Barthélemy Bompard nous propose une issue collective possible. Débarrassé de ses déchets et de ses oripeaux, l’Homme se retrouve, en collectif, à pouvoir espérer un autre avenir. Un spectacle et un travail très intéressants, doublés d’un indéniable esthétisme.


L’Express

Propos recueillis par I.Hansen-Love

C’est un bal des laissés-pour-compte, une chorégraphie de la révolte.


Danser

Thomas Hahn

L’édition anniversaire réserve, dans le genre tragique, une création majeure. Ces déchets humains deviennent universels et plus vrais que nature, en épousant l’inébranlable danse du temps.


Mouvement

Julie Bordenave et P.Vallée

Kumulus a retrouvé sa verve d’antan avec  Silence encombrant,  salutaire uppercut muet.


La revue du spectacle.fr

Le théâtre de rue distillé par Kumulus est un théâtre éminemment politique, une expression réflexive sur la cité, sur le monde et ses égarements, une posture profondément dérangeante où l'acte de jeu agit en miroir de nos propres attitudes, de nos errements et des dérives de notre société dite "civilisée".


Reg'Arts

Bruno Fougniès

De ce ballet mis au ralenti par une volonté farouche de créer une brèche dans la sur-agitation du monde moderne, on ressort un peu groggy et vaguement effrayé, mais réellement impressionné par le travail de conception et de réalisation de la compagnie Kumulus qui impose par la rigueur du jeu la  fascination de tous les spectateurs.


Revue de presse - Silence Encombrant  icone pdf 512

fiche technique

fiche technique (évolutive)

13 personnes en tournée dont 8 comédiens, un directeur artistique, une maquilleuse, deux techniciens et une chargée de production.

matériel nécessaire

Une benne propre à ordures de 30 m3 : H : 2,20 m x L : 6 m x l : 2,30 m
et 2 portes sur un des côtés. D’une couleur blanche, grise ou noire.
Prévoir des chaises ou tabourets ou bancs pour 200 personnes.

espace nécessaire - spectacle + public

Terrain plat de 1250 m2 (L 50 m x l 25 m)
entouré de bâtiments ou murs sur la longueur (pour l’acoustique)
Accès camion 12T et place de parking pour la durée du spectacle
Repérage souhaitable

espace de jeu

de 300 m2 : Sol plat en BITUME pour le travail sonore (parking , place, rue, déchetterie, avenue…)
Lieu calme sans circulation


La benne doit être orientée de telle sorte que le soleil couchant soit face à l’ouverture de la benne, pour que le public n’ait pas le soleil dans les yeux.

plan-de-scene

montage

pose de la benne et montage : la veille de la première représentation ou de la répétition.
2 heures de montage et 2 h de démontage. S'il s’effectue de nuit, prévoir un éclairage

personnel nécessaire

1 personne au déchargement et 2 personnes pendant le spectacle pour placer les chaises, ainsi qu'au démontage et au chargement

Un nettoyage est nécessaire après chaque représentation

planning de jeu

Durée : 1h30
Spectacle diurne

loges

Loges sécurisées (50 m2) sur le lieu de représentation
Avec 3 douches, toilettes, tables, chaises, miroirs et 9 serviettes de bains
Catering dans les loges avant la représentation : boissons chaudes et froides, pain, fromage, jambon, fruits, biscuits…
Grandes bouteilles d’eau

divers

Hébergement calme au centre ville (proche du lieu de spectacle) pour 13 personnes. Hôtel ** minimum.
Pour les repas, une personne est végétarienne et une autre ne mange pas de produits laitiers

dates passées

En France  

Festival DañsFabrik - le Quartz Scène Nationale, Brest (29)
Festival les Echappées Belles - Scène Nationale 61, Alençon (61)

Festival Mimos - l’Odyssé Scène conventionnée pour les corps en mouvement
, Périgueux (24)

Festival Friction(s) - Château-Rouge
, Annemasse (74)

Saison du Train Théâtre,
Portes-lès-Valence (26)
Festival Jours de Danse, Besançon (25)
Festival Off d'Avignon, Avignon (84)
Festival international de théâtre de rue - C.N.A.R., Aurillac (15)

Festival de Chalon dans la Rue - C.N.A.R.
, Chalon-sur-Saône (71)

Festival Viva Cité - C.N.A.R.
, Sotteville-lès-Rouen (76)
Saison des Pronomade(s) - C.N.A.R., en Haute-Garonne (31)
Festival Carrément à l’Ouest - C.N.A.R. ,
Port-Saint-Louis (13)
Festival les Rencontres d’Ici et d’Ailleurs
- C.N.A.R., Noisy-le-Sec (93)

Saison de Quelques p’Arts… le SOAR
- C.N.A.R., Boulieu-Les-Annonay (07)
Festival les Turbulentes - C.N.A.R., Vieux-Condé (59)
Festival Furies, Châlons-en-Champagne (51)
Festival Les Invites, Villeurbanne (69)
Festival Cergy Soit!, Cergy-Pontoise (95)
Saison d’Arto, Ramonville et Toulouse (31)
Saison de printemps de 2R2C, Paris 7e
Festival Roulez Carros !, Carros (06)


A l’étranger

Festival de Teatro y Artes de Calle, Valladolid (Espagne)
Oreol Festival, Terschelling (Pays-Bas)
Festival Theater op de Markt, Hasselt (Belgique)
KIT Festival, Copenhague (Danemark)
Festival do Teatro de Rua,
Porto Alegre (Brésil)
Festival FETA, Gdansk (Pologne)
Festival les Escales Improbables, Montréal (Canada)
Teatro a Corte, Turin (Italie)
Passage Festival,
Helsingor (Danemark)
Festival Todos Lisbonne
, Lisbonne (Portugal)
Europäisches Strassentheater Festival, Detmold (Allemagne)
Sesc,  Sao Paulo (Brésil)

dates à venir

Les prochaines dates sur notre agenda

 

ARI Ext Menu - fr